La Plate forme sud-est s’agrandit ....

Le Centre ESCAT rejoint l’ IME VALBRISE !


En février 1957, le Centre Escat ouvrit ses portes, le deuxième établissement de l’association parisienne ARERAM : Association pour la Rééducation des Enfants et la Réadaptation des Adultes en difficultés Médico-sociales.
L’établissement se situe dans le quartier résidentiel de Perier, là où se dresse la villa du docteur Escat sur la colline dite « gratte semelle ». Ce dernier, chirurgien urologue, grand patron, avait créé avant sa mort en 1924 une fondation destinée « aux enfants malheureux ».
Au départ, cette ouverture se fait progressivement avec un seul élève pour une équipe de huit personnes (un directeur, un médecin psychiatre, un pédiatre à temps partiel, une secrétaire de direction, deux éducateurs, une infirmière secrétaire médicale bénévole et un agent de service).
Mais cette période ne dure pas car rapidement l’établissement accueille 64 jeunes garçons et filles (comme prévu dans son agrément).
A l’époque la spécificité de l’agrément du centre ESCAT représentait la première expérience de ce type sur région de Marseille : mixité des adolescents, ouverture durant l’année scolaire, semi-internat sans internat, jeunes ayant une autonomie dans les transports (pas de transport assuré par le centre). Cet aspect de la prise en charge permettait à l’établissement de recruter sur le territoire marseillais desservi par les transports en commun (les jeunes accompagnés ne résidaient pas seulement dans le 8° mais pouvaient arriver de tous les arrondissements de Marseille et notamment des quartiers Nord où dominait le handicap social).
Les apprentissages se référaient à la méthode Ramain (apprendre à apprendre), pour « déconditionner de l’échec et faciliter les apprentissages en prenant appui sur l’autonomie des jeunes ».
Les immersions en milieu ordinaire étaient la règle car la mission de l’association ARERAM était de favoriser l’autonomie du sujet et son insertion socio-professionnelle, avec des prises en charge individualisées et collectives.
Depuis 1957, l’établissement a évolué en s’appuyant sur cet élan fondateur. Mais l’évolution des politiques sociales et de la pathologie des jeunes demandait au centre ESCAT et à son équipe de s’adapter aux changements.

En Février 2005, Jean-Jacques VAN DRIESSCHE prendra la direction de cet établissement et mettra en place, entre autres ; les outils de la loi 2002-2, les évaluations internes et externe et la réécriture du projet institutionnel et ce jusqu’en mars 2012.
Mais l’agrément de l’établissement n’était plus en phase avec cette évolution.
Certaines adaptations ont été nécessaires comme la mise en place d’un transport pour un petit nombre de jeunes avec de moins en moins d’autonomie, la poursuite d’apprentissages adaptés et non plus inspirés de la méthode RAMAIN (mise en place de pictogrammes pour renforcer la communication avec des jeunes ayant des troubles du langage et de la relation).
En 2017, malgré ces adaptations, l’ARS a souhaité une transformation de l’offre de notre établissement et a demandé un arrêt des admissions dans l’attente de la reprise par une autre association implantée sur le territoire marseillais. Les attentes de l’organisme de tutelle étant de développer l’offre médico-sociale pour les jeunes porteurs du spectre autistique.
L’AMSP a été retenue par l’ARERAM et depuis janvier 2018, Madame CIMOLAÏ, directrice de la Plateforme Sud-Est a été mise à disposition sur ESCAT, pour nous accompagner. Mme MILLECAM, médecin psychiatre de la plateforme VALBRISE intervient aussi depuis mai 2018 car l’établissement n’avait plus de psychiatre depuis le départ à la retraite de celui en place (mise à disposition sur 0,25 ETP).

Enfin après une période de transition de 2 ans, nous voilà depuis ce mois de janvier 2020 définitivement réunis, sous la même bannière AMSP.
Ce projet d’évolution de l’offre médico-sociale peut enfin se concrétiser et se travailler avec l’Agence Régionale de Santé autour de la création d’un futur SESSAD TSA (12 places) sur Aubagne et la vallée de l’Huveaune (ouverture courant 2020). Un projet à moyen terme devrait aussi se coconstruire avec les équipes et l’ARS pour implanter un nouvel internat pour 12 jeunes avec TSA et de nouveaux locaux d’accueil de jour sur le site de l’IME VALBRISE.
Actuellement le personnel en place (15 à 16 personnes dans les divers services) accompagne les 30 jeunes sur les 64 qui poursuivent leur projet de sortie vers le secteur adulte (Foyers de vie, ESAT) ou selon le projet personnalisé vers une réorientation en IME (AMSP ou autres). Parallèlement, un comité de pilotage prépare la future ouverture du SESSAD TSA, par des rencontres partenaires avec l’Éducation Nationale, et d’autres SESSAD du territoire ayant l’expérience de l’accueil et de l’accompagnement de jeunes avec TSA. Le principe de l’inclusion restant un axe fort et à développer dans tous ces projets.
Enfin la formation 2020 prévoit aussi d’apporter une meilleure connaissance du public avec TSA, d’approches et méthodes adaptées.
Cette transformation de l’offre s’inscrit dans le développement de la plateforme SUD EST AMSP avec la prise en compte de la continuité du parcours d’un jeune au sein de son territoire de vie. Les COPIL, les formations 2020, les rencontres partenaires suivent cette direction et visent une transversalité concrète des services proposés au sein de la plateforme Sud-Est (les admissions, la préparation à la sortie, l’activation du réseau de partenaires…). Le projet plateforme en cours d’élaboration et accompagné par Y Pillant sur la plateforme Sud-Est sera coconstruit aussi avec l’équipe qui est ravie de rejoindre l’AMSP et la Plateforme Sud-Est pour de nouvelles aventures.

Le 8 01 2020
Patrick SCHIAPPA Chef de service éducatif et Marie-Paule CIMOLAI directrice de la plateforme SUD EST.

haut de page